Watson promet le progrès avec un plan de transport en commun crédible et abordable pour Ottawa

La première priorité de Jim Watson, s’il est réélu, sera de travailler à compléter la Ligne de la Confédération à temps et conformément au budget, et de commencer la construction de l’Étape 2 du projet de TLR en 2018. 

Aujourd’hui, M. Watson a lancé sa première annonce publicitaire sur le Web, intitulé « Transports vers le progrès », qui mise sur le plan crédible et abordable que possède Ottawa en matière de transport en commun.

Il s’est également engagé à s’opposer à tout effort visant remettre le compteur à zéro dans ce dossier bâtisseur.

« L’élection du 27 octobre est un choix clair entre l’Étape 2 ou la remise à zéro du train léger, a déclaré M. Watson. Ottawa a déjà souffert les effets dévastateurs de l’annulation d’un projet de train léger – nous ne pouvons pas passer à travers encore une fois. Ce serait financièrement irresponsable de renverser le progrès que nous avons fait au cours des quatre dernières années. »

Le maire s’est dit inquiet quant au redémarrage de l’Étape 2, dans laquelle la Ville a déjà investi temps, argent, crédibilité et exercices de consultation au cours de la planification des trois dernières années.

Des changements apportés au projet, soit aux circuits ou aux technologies, nécessiteraient l’annulation du présent Plan directeur des transports de même que les évaluations environnementales présentement en cours. L’Étape 2 du train léger a reçu l’appui unanime du Conseil municipal en décembre dernier. Dans son tout dernier budget, le gouvernement de l’Ontario a indiqué qu’il consacrerait des fonds au projet.

Après des années d’annulations et de délais, l’Étape 1 du train léger est finalement en construction, avec un contrat à prix fixe. M. Watson a annoncé aujourd’hui que le tunnel du centre-ville est maintenant creusé à 60 %.

Il a souligné les principales améliorations qui vont de l’avant à la suite du travail entrepris pendant le mandat actuel du Conseil :

  • Progrès dans l’est : l’Étape 2 prolongera la Ligne de la Confédération vers l’est, de Blair à Orléans, avec de nouvelles stations à St-Joseph, Jeanne-d’Arc, la promenade Orléans et Place d’Orléans.
  • Progrès dans l’ouest et le sud-ouest : l’Étape 2 prolongera la Ligne de la Confédération vers l’ouest jusqu’à Bayshore et au Collège Algonquin, avec des arrêts à Westboro, Dominion, Cleary, New Orchard, Lincoln Fields, Queensview, Pinecrest, Iris, Baseline et Bayshore.

    De plus, la Ville construit présentement le nouveau transport en commun rapide par autobus vers Kanata, soit de Bayshore à Moodie. Ce projet de 76 millions de dollars permettra aux résidents de l’ouest de jouir du service d’autobus rapide dans un nouveau corridor réservé au transport en commun, qui améliorera considérablement les temps de déplacement. Présentement, les autobus se déplacent en circulation mixte le long d’une voie de 2,1 kilomètres entre Bayshore et Moodie.
  • Progrès dans le sud : l’Étape 2 prolongera l’O-Train jusqu’à Riverside-Sud et Bowesville, avec une nouvelle station au centre-ville à Gladstone, ainsi que des arrêts à Walkley, South Keys, Leitrim et Bowesville. En ce moment, la Ville d’Ottawa étudie également la possibilité d’une ligne secondaire reliant l’aéroport au système.

« Après des années d’incertitude, nous construisons non seulement un système de transport de calibre mondial, mais aussi la confiance envers notre capacité à livrer la marchandise, a dit M. Watson. Aujourd’hui, le tunnel du centre-ville est creusé à 60 %, ce qui signifie des progrès significatifs malgré les sceptiques qui disaient qu’on ne pourrait y arriver. »

M. Watson croit que remettre le compteur à zéro sur l’Étape 2 du train léger affaiblirait la capacité de la Ville à négocier avec les autres niveaux de gouvernement, parce que le prochain conseil passerait la majorité de son mandat à réécrire le Plan directeur des transports et à consulter une fois de plus la communauté sur les options en matière de circuits, de stations et de technologie.

Réécrire le Plan directeur des transports du début retarderait d’au moins 10 ans l’amélioration du transport en commun pour les résidents de l’est, de l’ouest et du sud, parce que ces projets complexes aux quatre coins de la ville prennent beaucoup de temps à planifier, concevoir et construire. Inévitablement, les consultations mèneraient à de l’opposition aux changements proposés dans de nouveaux secteurs de la ville.

« La Ville d’Ottawa a un plan de transports qui est le résultat d’années de consultation, de recherche, de calculs détaillés des coûts et de préparation de budgets. Nous n’avons pas les moyens de retourner à la planche à dessin, a conclu M. Watson. Nous avons besoin de tirer profit de notre expertise locale et de notre erre d’aller pour continuer à améliorer le transport en commun à Ottawa et à faire croître notre économie. »

Les élections municipales se tiendront dans moins d’un mois, soit le lundi 27 octobre. Les bureaux de scrutin anticipés spéciaux ouvriront la semaine prochaine, les 1er, 2 et 3 octobre.

Etape2.png