Communiqué : Jim Watson s’engage à baisser à 2 % le plafond de l’impôt foncier

Lors d’un important discours qu’il a prononcé aujourd’hui, Jim Watson s’est engagé à baisser à 2 % le plafond des impôts fonciers pendant son second mandat.

tax_rate.pngIl a également dressé un bilan de l’excellente situation financière de la Ville, en plus de présenter une liste d’initiatives visant à maintenir une situation financière saine à la Ville d’Ottawa. 

« Nous devons garder le cap en maintenant un plafond modéré qui permettra à la Ville d’Ottawa de continuer à investir dans nos priorités communautaires, a déclaré M. Watson. Nous pouvons défrayer les coûts maintenant ou nous devrons payer beaucoup plus cher plus tard. Nous devons maintenir un niveau de vie abordable pour les familles tout en continuant à investir dans nos services, dans le transport en commun, l’infrastructure et dans les installations communautaires. »

En 2010, Jim Watson avait été élu sur un programme réaliste visant à limiter les hausses d’impôt foncier à 2,5 %, un engagement qu’il a respecté chaque année de son mandat. En 2014, nous avons vu la hausse la plus faible en sept ans, soit seulement 1,9 %.

Dans son premier mandat, le maire Watson a apporté stabilité et certitude aux finances de la Ville, tout en investissant dans une infrastructure jusque-là négligée et en maintenant au niveau AAA l’excellente cote de crédit de la Ville. Il a également économisé des millions en réduisant l’utilisation de consultants externes, en déplaçant des services en ligne et en réduisant la taille de la main-d’œuvre municipale.

« Avec plus de 21 000 nouvelles adresses municipales depuis 2010, nous devons tout de même générer une modeste croissance des taxes foncières afin d’assurer le maintien des services aux résidents, d’affirmer Watson. Au cours des quatre prochaines années, nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir afin d’identifier les économies qui nous permettront de laisser le plus d’argent possible dans les poches des contribuables. »

Dans un second mandat, Jim Watson s’engage à la même approche équilibrée en continuant à miser sur une gestion fiscale saine et prudente.

S’il est réélu, M. Watson entreprendra un examen de l’actif et des espaces que possède ou loue la Ville dans le but d’optimiser les ressources existantes et de trouver d’autres économies au bénéfice des contribuables. Il a utilisé l’exemple de plusieurs propriétés de la Ville d’Ottawa qui, restées vacantes, ne génèrent aucune valeur de revente ni aucun impôts fonciers, ce qui représente une double perte de revenus pour la Ville.

Watson pense qu’il est également possible d’identifier des économies supplémentaires sur le plan de l’efficacité énergétique des bâtiments et des véhicules de la Ville.

Il s’engage également à explorer la possibilité d’une collaboration plus étroite entre la Ville et ses partenaires – tels le Service de police d’Ottawa, la Société de logement communautaire d’Ottawa, les collèges, universités, hôpitaux et employeurs majeurs – en matière d’achats de produits et services, tels les produits de bureau, l’essence ou les véhicules.

Sous le leadership de Jim Watson, la Ville dispose maintenant du plus important éventail de mesures d’intégrité et d’imputabilité municipales dans la Province de l’Ontario, y compris un commissaire à l’intégrité, un registre des lobbyistes, un registre des cadeaux, ainsi que l’obligation d’afficher en ligne les dépenses des élus. S’il est réélu le 27 octobre, Watson propose de renforcer davantage l’imputabilité et la transparence municipales en modifiant le statut du sous-comité de la Vérification, pour qu’il devienne l’un des comités permanents de la Ville d’Ottawa. 

« J’aimerais voir le Conseil municipal recevoir des mises à jour plus fréquentes portant sur le travail important du vérificateur général, afin que nous puissions continuer à améliorer le fonctionnement de la Ville. Cela nous permettrait de faire un suivi plus systématique des recommandations du vérificateur général afin d’assurer leur mise en œuvre, a affirmé M. Watson. Qu’il s’agisse de l’imputabilité, des dépenses ou de l’approvisionnement, il faut continuer d’œuvrer dans le but d’assurer que la Ville fonctionne aussi efficacement que possible au profit de tous les résidents. »